JEAN

DE PANGE
 


Jean de Pange étudie le théâtre au Conservatoire de Metz puis à l’École Florent (Paris). De 1999 à 2002, il travaille comme comédien avec Justine Heynemann sur plusieurs créations. Entre 2000 à 2002 il est chargé de cours à l’École Florent. Il y développe un goût pour la pédagogie et la mise en scène. 

 

En 2001, au sein d’un centre d’hébergement d’urgence messin, Jean de Pange développe un projet d’action théâtrale avec des demandeurs d’asile originaires d’ex-Union soviétique. De cet atelier fragile va naître un spectacle : Transit. Inédite, la proposition suscite l’intérêt immédiat de la presse et de la radio nationales.

 

C’est en 2004 qu’il met en scène son premier spectacle professionnel à partir du texte Le Retour au désert de Bernard-Marie Koltès  au Théâtre du Saulcy à Metz. Il crée la compagnie Astrov pour l’occasion, qu’il dirige encore aujourd’hui.

 

 

Jean de Pange intègre ensuite l’Unité Nomade de Formation à la Mise en Scène du CNSAD. Il s’y forme aux côtés de metteurs en scène de renoms tels que Eimuntas Nekrosius, Krystian Lupa et Jean-Pierre Vincent. Il fait une rencontre déterminante avec le metteur en scène hongrois Arpad Shilling auprès de qui il travaille au Conservatoire de Budapest en 2006. 

 

Avec Astrov, Jean de Pange a initié de nombreuses collaborations avec des auteurs vivants : l’espagnol Carles Batlle, le japonais Shiro Maeda, le congolais Julien Bissila et prochainement avec le québécois Martin Bellemare. Il a été metteur en scène associé à Scènes Vosges (Épinal), à l’Espace B.M. Koltès, à l’Opéra-Théâtre de Metz ainsi qu’au Théâtre de La Méridienne à Lunéville. 

 

Jean de Pange a régulièrement travaillé auprès de publics empêchés. De 2010 à 2013 il mène un travail avec des détenus de la Maison d’arrêt de Metz. 

 

En 2014, à l’issue d’un travail d’enquête, il crée le spectacle D’ailleurs au Festival Passages avec des réfugiés politiques de toutes nationalités.

 

Côté lyrique, Jean de Pange s’est formé à la mise en scène d’opéra au Studio du Théâtre de La Monnaie à Bruxelles auprès de Keith Warner et de Christopher Loy. Suite à plusieurs expériences d’assistanat, l’Opéra de Rennes lui confie en 2007 sa première production lyrique : The Fairy Queen de Purcell. Il s’en suivra plusieurs productions dans différents opéras français et notamment The Rake’s progress à l’Opéra de Nice en 2019. Il a été artiste résident à la Fondation Royaumont en 2012.

 

Depuis 2011, Jean de Pange est enseignant associé au département Arts du Spectacle de l’Université de Lorraine.